mercredi 10 mars 2010

De l'indiscutable nécessité du tableau prévisionnel...

... ou le casse-tête de la mère de famille recomposée, nounou de surcroît.

Jusqu'ici, j'avais un calendrier prévisionnel que j'établissais pour une année, avec mise à jour tous les 3 mois environs.
Dans ce merveilleux tableau, à l'aide de différents codes-couleurs, étaient renseignés :
- les congés scolaires,
- les jours de présence de mes enfants,
- les jours de présence des enfants du Mama,
- les "postes" de mon ex-mari (car d'eux dépendent le jour et l'heure de départ de mes enfants : s'il termine sa semaine vendredi à 13h, pas pareil que s'il termine samedi à 5h du matin. cqfd.),
- les numéros des semaines,
- les congés du Mama.
Mes congés à moi étaient donc décidés en fonction de tout ça et des besoins des parents d'Alice.
Sauf que là, les choses se corsent : de jeunes parents vont peut-être me donner à garder leur bébé à naître en juillet, et leur petite Jennifer qui aura 4 ans en fin d'année.
Et alors là, pour du haut vol, c'est du haut vol...

Les congés de l'été 2011 sont encore loin, et pourtant...

Pour lesdits congés, il me faut tenir compte des dates de beaucoup de personnes :

- le Mama (qui essaie de faire au mieux),
- son ex (qui fait au mieux... pour elle),
- le mari de son ex (qui est artisan),
- mon ex-mari (dont la boîte fermait en août jusqu'avant la CRISE et maintenant c'est beaucoup moins précis),
- sa copine (qui refuse de partir en vacances avec mes enfants, ce qui ne facilite rien. encore une fumelle.),
- les parents d'Alice (qui n'ont pas d'argent pour me payer mes heures sup' mais qui vont quand-même bien se barrer 15 jours en relais château avec leurs 5 enfants. pleurons pour eux.),
- et les parents de Jennifer + 1 (qui seraient d'accord pour juillet, à priori).

Dans tout ça, j'arriverai j'espère à caser une semaine à la mi-juillet pour partir voir la mer.
Enfin quand je dis j'espère, c'est pour chouiner un peu, car s'il y a une chose dont je suis certaine, c'est que sauf problème de santé, et encore faut voir, je caserai cette foutue semaine de survie.

Parce que finalement, quand je regarde bien tout ça, je m'emmerde à tout organiser, faire les emplois du temps de tout le monde, les tableaux de gardes de tout le monde, en tenant compte des impératifs de tout le monde, et sans m'occuper de qui ?

Bingo : de moi !

Ai-je envie de partir un peu toute seule ou en amoureux avec le Mama ?
Ai-je besoin de me laisser porter un peu ?
Ai-je le droit de m'autoriser l'éventuelle possibilité d'un week-end à rien ?

Non !

Ce qui est important, c'est que mes enfants partent en vacances au moins une fois par an sur mes pauvres semaines de congés, puisque leur père ne trouve pas le temps de les y emmener (alors qu'il a 10 semaines par an, lui).
Ce qui est important, c'est que l'autre garce et son "mari" artisan puissent partir en vacances en août.
Ce qui est important, c'est que les parents d'Alice puissent partir à l'autre bout de la France ou du monde sans que ça leur coûte trop cher en congés payés pour moi.
Ce qui est important, c'est que les clients de la patronne du Mama ne soient pas contrariés par l'absence de leur technicien préféré quand leurs caristes bousillent les chariots en faisant la course dans les entrepôts.
Ce qui est important, c'est les autres.

Des fois, je suis con, mais con... Et le pire c'est que le savoir ne change rien à l'affaire. Quand on est con, on est con, qu'il a dit. Mais ça m'énerve !!!! Aaaarrrrrghhhh !!!!


5 commentaires:

Gingko a dit…

hum, c'est pas évident quand tous les autres considèrent que tu es la plus flexible et que donc, c'est toi qui t'adaptes.. puis dès qu'il y a des enfants en jeu aussi.. et dès qu'on a un tant soit peu de conscience maternelle..

Bref, c'est pas simple d'être sympa quand les autres le sont pas..
comme tu dis, c'est con quand on est con..
mais parfois, il vaut mieux être un gentil con qu'un sale con..

courage..

Sébastien (alias Seppel) a dit…

C'est vrai que c'est pas facile d'organiser le tout avec une famille recomposée... et c'est pas con de ne pas vouloir mettre le bien-être des enfants en jeu. Mais le père pourrait faire un peu plus d'efforts. Tu as toi aussi droit à des vacances !

Enfin, courage ! Ils grandissent vite les enfants... :-)

Steph a dit…

@Seppel: arrête hein, moi mon bébé je veux qu'il reste toute la vie un bébéééééé!

Remplir un tableau 2D à 6 inconnues, c'est en effet pas simple... le souci c'est que si ça fonctionne comme ça depuis des années, personne ne comprendrait que tu veuilles changer la procédure, du genre "ça marche très bien comme ça, pourquoi on changerait, comment ça tu veux des vacances, ce que tu peux être égoiste!" (je sais, ça sent le vécu...)
moi depuis hier je m'énerve contre mon oncle et ma tante. Ils sont à la retraite, ont du temps à ne plus savoir qu'en faire, ils sont en bonne santé, mais faire 700 bornes pour venir au baptême de Junior "ça va faire beaucoup pour un week-end, pourquoi vous le faîtes pas dans la région parisienne?". Faut toujours que ça soit nous qui nous adaptions, et quand pour une fois ça va pas dans leur sens, ils se plaignent.
AAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH (j'ai pas crié en vrai hein, sinon mon collègue il va appeler les hommes en blanc, mais ça fait du bien quand même)

(hey t'as vu, bientôt je vais faire des commentaires aussi longs que les tiens!)

van a dit…

Arf, Clairette, c'est clair que ça m'a l'air bien compliqué tes histoires... avec ma nounou, on s'arrangeait pour les vacances. Même si ça ne collait pas tout à fait avec les notres, on avait au pire une semaine sans garde, mais papy et mamie étaient là pour garder Noé.
Je pense que vous pouvez trouver un compromis... enfin j'espère...

Stéph, pour le baptème, ils peuvent aussi passer une semaine de vacances dans le sud... vous faîtes ça quand déjà ?

clairette a dit…

@Gingko : être flexible, c'est indispensable dans mon cas. Le problème est que lorsque j'émets un desiderata tout légitime fût-il, cela déstabilise les autres, habitués à ce que j'accède à tous les leurs avant de m'occuper de moi. Mais bon, ça va aller, hein...

@Seb : je savais que ce serait dur, je savais aussi que je quittais un mou et qu'il n'allait pas se fatiguer plus qu'avant, et qu'il n'allait surtout pas tenir tête à l'autre fumelle, je ne me doutais pas par contre que je ne tiendrais pas le choc mieux que ça. Je ne regrette rien de mes choix jusqu'ici : j'ai toujours tout fait pour que mes enfants ne souffrent pas de mes choix, par contre je refuse de tout leur sacrifier. Comme tu dis, ils grandissent, et on sait tous à quel point ils sont des ingrrrrrrats !!! (en vrai j'espère que non car comme je serai une vieille pauvre...)...

@Steph : c'est tout à fait ça. Tu donnes un doigt, tu te fais bouffer le bras, et si tu fais mine de protester quand ils attaquent l'autre main, c'est toi qui es hystérique et/ou intolérante et/ou égoïste, etc...

@Van : si tout le monde y met du sien, c'est effectivement assez simple. Juste, là, c'est pas avec des parents comme vous que j'ai à traiter... Nous n'avons aucun dialogue. Elle émet des sentences, j'adhère tant mieux, j'adhère pas tant pis pour moi. Elle n'a aucun respect, me met devant le fait accompli, est morte de rire lorsqu'elle me fait louper un rendez-vous chez un spécialiste pris 8 mois plus tôt en arrivant en retard, alors que je l'avais depuis longtemps prévenue... Tu vois le style ? "Ha ha ha, chuis désolée, j'ai oublié ! Et j'ai pas entendu mon portable !!! Ha ha ha... " Que veux-tu faire ?