dimanche 30 mai 2010

Je ne garantis pas le résultat...

Mais je vais quand-même essayer !
Ma copine la Séverine (bienvenue en Bourgogne) a filmé le Ch'ni avec son portable, je vais tenter de mettre cette vidéo HQ sur le blog (le Ch'ni est celui qu'on voit en premier SUR sa maman) :

video

J'espère que ça marche.
Sinon rien de drôle, que du lourd.
Bisous à tout le monde !

dimanche 23 mai 2010

Pentecôte, quel nom à la con...

Bref, c'est pas tout ça, parlons de choses sérieuses !!!
On va faire comme si on en avait pas entendu parler sur un réseau social, et recevoir cette nouvelle comme la surprise du jour : notre petit troisième chat est né !!!
Donc, il s'appelle d'ores et déjà Ch'ni, du fait de sa couleur et sa texture de poipoils... Et vu que la maman a elle-même le poipoil long, je pense qu'il va en trouver pas mal, des ch'nis sous les meubles (beh oui, chez moi c'est moyen moins feng-chouille !).
Il est né hier matin, nous sommes allés le voir l'après-midi, il était déjà bien rigolo...
On a environ 30 photos entre celles prises par le Mama et celles envoyées par les parents-porteurs... Le top !

Sinon quoi d'autre...

La maison
Affaire en cours. Et chaque nouveau jour nous réserve une surprise administrative. S'il en fallait encore une, ce serait l'ultime raison pour nous de ne plus jamais déménager... Je vous passe les détails, je vais encore m'énerver.

Travaux
Le Mama se débat pour faire rentrer une porte-fenêtre aux mauvaises dimensions dans le trou prévu. Cette porte-fenêtre, c'est celle-là... Oui, oui, celle qui nous attend depuis novembre dernier... Il en est à meuler les pierres de taille autour pour la faire rentrer. Ceci fait, il lui faudra combler les quelques 30 cm qui manquent au sommet de la chose (je n'ose pas prendre de photos pour l'instant, j'ai peur qu'il m'envoie à juste titre voir ailleurs s'il y est...).

Parasites
Hier matin, par ce beau soleil et dans l'optique du départ des enfants pour le grand week-end de Pentecôte (je le répète : quel nom à la con) chez leur père, nous avons fait une opération voyons-voir-si-y-aurait-pas-dans-vos-armoires-des-trucs-qui-vous-iraient-encore-cette-année, et nous avons été fort bien inspirés puisque je pense que je ne vais pas avoir grand chose à acheter : les t-shirts sont jouables, tous les jeans troués aux genoux seront transformés en bermudas pour les gars, et pour Suzanne je pense que je vais lui faire quelques trucs moi-même. Donc ça, pas mal. Par contre, en fin de matinée j'envoie les enfants se doucher pour arriver propres chez papa, Suzanne y va la première, et revient avec le haut du crâne sec et les pointes des cheveux mouillées. Je l'encourage donc à me laisser vérifier qu'elle avait vraiment lavé ses cheveux, elle m'explique alors qu'elle les a séchés devant le radiateur soufflant (je vous fais grâce de l'explication sur les dangers de la chose qui s'en est logiquement suivie). Et là elle me dit que sa tête la gratte à nouveau. Ah non. Pas ça, pas le retour des poux ! Je regarde, rien ici, rien par là non plus, attends je prends le peigne à poux, elle commence à pleurer, je reste optimiste, et là je trouve un truc. Pas la couleur d'une lente, pas la tronche d'un pou. C'est quoi ce bordel... Je repasse le peigne, et là, c'est sans appel : un pou. Puis un autre. Et hop, c'est reparti...
Sur ces entrefaites, Germain arrive, avec sa mèche d'ado, et se lance dans un adorable et ô combien fraternel "pouilleu-se, pouilleu-se !!!". Jusqu'à ce que je le chope, lui passe le peigne, et là, ah ben oui forcément ça rigole moins !!! Une invasion monstrueuse...
Bien évidemment, Henri n'a pas dérogé, et même si c'est de manière beaucoup moins prononcée (je soupçonne les poux d'avoir un peu d'odorat et de ne pas supporter les pieds d'Henri), il en avait aussi !!!!
Donc double ration de shampooing anti-poux, anti-lentes, anti-tout pour tout le monde, et depuis c'est lessives, lessives, lessives... Heureusement que le temps s'y prête, soleil et vent, tout sèche à fond la caisse... N'empêche, c'est l'horreur...

Nounou
J'attends mercredi la visite d'une dame de la PMI qui vient voir si je peux continuer à exercer en Saône-et-Loire, puisque l'agrément de nounou est départemental, et comme de toute façon si tu déménages tu dois faire inspecter ton nouveau domicile, ben voilà, ça doit se faire.
Je ne m'inquiète pas, la maison sera propre, si des choses la dérangent on règle ça vite fait, et hop.
Je ne sais pas comment gérer une situation, par contre, qui devient problématique : depuis quelque temps, je dépanne une voisine en gardant un ou deux après-midis par semaine son petit qui a l'âge de la mimiss. Or c'est devenu quasi permanent, et plutôt plus que ce qui était prévu. Ce qui fait que je prends pas mal de risques au niveau de mon agrément... Par ailleurs elle est en train de vivre des choses un peu compliquées au niveau de son couple, et le petit n'a jamais été gardé avant. Autant dire qu'il n'est pas ravi d'être ici. Bref, ça ne se passe pas bien, et bien que j'aie essayé de lui faire comprendre que ça n'allait pas le faire, elle continue à me l'amener.
Je vais être obligée de lui dire carrément que j'arrête, mais je n'aime pas ça. En même temps, quand je pèse le pour et le contre, on a :
contre :
- enfant pas bien,
- moi pas bien,
- autres enfants pas bien non plus,
- logistique très importante,
- fatigue nerveuse en rapport,
- risque pour mon agrément,
- risque important de me retrouver au milieu d'un divorce qui se passe très très mal entre des gens que je ne connais pas...
pour :
- maman au travail,
- un peu de fric en plus, mais pas des masses...
Sur le papier ça a l'air simple, mais quand on a en face de soi la personne, pas si facile...

Une idée serait la bienvenue...

mercredi 12 mai 2010

Roooooooo !!!!! Ne beau zardin !!!

On va pas y aller par 4 chemins, gad' moi ça si c'est pô beau !!!
C'est un peu difficile à discerner, mais il y a les tomates le long à droite, les bébés poireaux qu'on voit au beau milieu, au fond les 4 trucs c'est 2 poivrons + 2 pieds de courgettes, et devant les poireaux il y a carottes, haricots verts et radis !!!
Alors oui, c'est un petit jardin, oui il y a encore pas mal de friche autour (avant c'était pareil là où il y a le jardin !!!), mais c'est notre petit jardin et si on doit avoir seulement un radis on sera fiers de le manger !!!
Ah ! et les salades, qu'on ne voit pas, mais qui sont là, juste à ma droite... Batavias et laitues... yeah !

Sinon à part ça, on a fêté dignement l'anniversaire de Suzanne, elle a été gâtée par ses copains, vraiment !
Pour la maison, Monsieur le Maire nous a promis un courrier pour aujourd'hui, je continue à croiser les doigts.
Enfin, pas les doigts de la main gauche, car depuis cette nuit j'ai très mal entre le pouce et le poignet, c'est bizarre ce truc. C'est les douleurs de grabataire qui commencent... Pfffff, je pensais pas que ça viendrait aussi vite !!!
Bon en gros, tout va bien, on est toujours pauvres, mais on a la santé et on s'aime !
Allez, je vais préparer l'arrivée des petits voisins que je garde 1h pendant que leur maman fait une course. Je ne suis toujours pas persuadée que je vais continuer l'aventure... Ma foi, qui vivra verra !
Alors à bientôt sur le blog, et à très bientôt sur fb !!!






mercredi 5 mai 2010

Des nouvelles...


Je profite d'un début de mercredi calme pour faire un petit point, en commençant par le plus gros point (noir).

La maison de Nolay
Qui est toujours la nôtre, mais bon. Nous sommes allés demander audience à M. le Maire de Nolay, qui nous a reçus rapidement, et à qui nous avons exposé notre problème. Il nous a expliqué que nous étions fort nombreux dans ce cas, à nous laisser embobiner par des maîtres d'oeuvre peu scrupuleux, et qui disent à leur client ce qu'il veut entendre, pour se dédouaner ensuite. Il a accepté de se faire notre avocat, et j'ai eu par des voies officieuses hier l'info comme quoi cela devrait décanter dans les jours à venir. Je n'arrive pas à y croire, je vous jure. Tant que je n'aurai pas cette fichue attestation dans les mains, je n'y croirai pas. Mais je ne peux pas m'empêcher d'espérer que ça ira effectivement vite, alors voilà, croisons les doigts...

Jacquou
Apparemment ça va un peu mieux, elle a l'air pas mal. Je ne l'ai pas vue depuis quelque temps, genre une dizaine de jours, mais pépé me donne des nouvelles chaque soir et ma foi, il est un peu moins désespéré que ces derniers mois. On verra bien.

Gardes
Depuis quelques jours, je dépanne une voisine en lui prenant son petit (qui a l'âge de la miss) deux après-midi par semaine. Autant vous dire que ce n'est pas simple, les parents sont en cours de divorce mais vivent toujours ensemble en attente d'une conciliation, le petit a 16 mois mais n'a jamais été gardé, la maman a beaucoup de mal à le laisser (ça fait rire personne, on a toutes eu ce truc-là à notre façon), donc ça chauffe.
La miss n'est donc pas très contente de voir arriver ce petit nouveau, dont on s'occupe pas mal puisqu'il a besoin d'être très rassuré. Alors au lieu de s'en prendre à lui, elle attaque son grand frère de 3 ans quand la maman pose le petit, et les enfants qui attendent dans les poussettes à la sortie de l'école. Quand je dis attaquer, j'entends arrachage de cheveux, griffage de joues, mettage de doigts dans les nez/oreilles/yeux... Elle n'a pas encore eu l'idée de mordre, mais je pense que l'idée fait son chemin...
Au fond c'est le signe qu'elle avait besoin de ça, car c'est vrai qu'elle est entourée de grands qui la chouchoutent, et du coup elle n'apprécie guère la concurrence.
Bref, comme le midi j'ai parfois un petit copain de Suzanne, ça fait du mouvement !

Animaux
Rien. Mais alors dans le genre, rien. Ils gueument soit au chaud derrière une fenêtre en plein soleil, soit sur un canapé selon le temps (aujourd'hui, on a allumé la cuisinière à bois car on est gelés comme des grattons !).
Pas non plus de nouvelles victimes à queue en panache.

Jardin
Alors là, oui, la bonne nouvelle de ces dernières semaines, c'est l'arrivée dans nos vies du jardin.
Nous avions parlé à notre voisine de notre envie de trouver un jardin à louer ou à acheter dans le village, afin de pouvoir manger quelques légumes, parce qu'avec les tomates (façon goût de pastèque) à bientôt 5 € le kilo, ça va pas le faire.
L'autre fois, un voisin que nous ne connaissions pas nous a proposé un terrain de sa belle-soeur qui est partie habiter à Lyon et se remarier à 60 ans mais son mari est malade donc ils ne viennent pas souvent (vive les villages, je ne le dirai jamais assez).
Nous sommes donc allés voir le terrain, qui n'est pas très loin, genre 5 minutes à pied.
Je pense qu'on peut parler de friche, mais avec un peu d'huile de coude...
Allez, affaire conclue ! On vous doit combien ? Le monsieur nous explique que sa belle-soeur sera bien contente que son terrain soit entretenu, et qu'on n'aura qu'à lui donner quelques tomates quand elle viendra.
Même si je ne suis pas fan de ce genre d'arrangements, je me dis qu'on n'investit que du temps et de la sueur, et que si toutefois ils récupèrent leur terrain de manière cavalière, on n'aura rien perdu. Alors en avant.
Par contre, il a fallu nettoyer un morceau de ce terrain assez rapidement, car on arrive vite aux périodes de repiquage. Donc nous voilà partis, armés jusqu'aux dents de bêches, pioches, et coupe-coupe. Oui. Ben ça marche pas pour les ronces, mais c'est sexy, quand même.
Notre copain Ghislain nous a prêté
un équeurlou, sorte de sécateur à grands manches, qui nous a permis de bien avancer, puis après il a fallu bêcher pour déraciner toute la partie jardin.
Pour le reste du terrain, Ghislain va passer un coup de débroussailleuse à disque, et en échange le Mama va aller réparer le chariot élévateur de son frère agriculteur.





Mais c'est pas tout, y'a un sous-chapitre dans le chapitre : le motoculteur.
Parce que c'est pas le tout, il faut bien casser la motte (terme tout à fait correct, bien qu'à consonance douteuse). Nous avons regardé le prix des locations de ces trucs, ah ben non. Ghislain a envisagé de venir avec le tracteur de son frère, aucun moyen d'accéder au terrain. On a même regardé les motoculteurs à acheter, ben même d'occasion, non non.
Or samedi pas dernier mais celui d'avant, nous avons fait une opération vide-garage, et donc voyage à la déchetterie. Nous avons emporté, pour la petite histoire, le master du Mama + le Zafira + la remorque + la Xantia remplis jusqu'à ras-bord... Et là-bas, grand moment. Un monsieur a sorti de son camion un motoculteur à l'air un brin déglingué, mais faut voir. Le Mama l'a contourné deux ou trois fois sans le remarquer, donc je lui dis que ce serait peut-être intéressant de le récupérer pour voir s'il est réparable (ce qui est interdit en déchetterie, mais la dame qui surveille est plutôt gentille et/ou miro). Le monsieur nous explique que bon, d'après lui y'a rien à faire, le moteur est mort, d'ailleurs il avait lui-même récupéré le truc à la dech' quelque temps auparavant. Qu'à cela ne tienne, le Mama est joueur, nous repartons donc avec un motoculteur dans le coffre, à zéro euro.
Dès lors, il n'a eu de cesse de trouver la panne (assez rapide, diagnosticien efficace, mon Mama) et d'y remédier. Il s'est avéré que le souci venait de la bielle, plus exactement du pas de vis de la bielle où on ne pouvait plus visser la contre-bielle, car il était abîmé. Nous nous sommes renseignés sur les prix, une fois encore, non. On en avait pour 160 € en passant par le boulot du Mama. Donc il a tenté le tout pour le tout, bidouillé les pièces dans tous les sens, et ça marche ! Vraiment, incroyable ce Mamac Gyver !
Dimanche matin nous sommes donc allés en amoureux à Santenay au marché aux plants chercher des pieds de tomates, courgettes, poireaux, salades, et poivrons, puis à Gamm Vert pour les graines de carottes, radis et haricots verts.
Et lundi soir, opération labours !

Allez, maintenant on va attendre que le temps se calme un bout, et aller planter tout ça.

Spéciale dédicace aux enfants qui ont fait un sacré boulot, ils nous ont vraiment beaucoup aidés. D'ailleurs à parler franchement, ils ont été bien plus efficaces que moi, j'ai tenté le bêchage et cassé le manche au premier coup. Quand je vous dis que j'ai pas la main verte...

Ah si, dans la catégorie "animaux", on a trouvé un p'tit copain visqueux
Je tiens à signaler qu'aucun animal n'a été maltraité durant cet épisode, sauf quelques lombrics suicidaires... Salsa la salamandre va bien, elle est planquée dans un coin du jardin...